Bitcoin Magazine

Cointellect
Show Menu
bitcoin and non western

Différence entre le style Bitcoin et celle des Cartes de crédit.

Dans les débats communs, Bitcoin est souvent traité comme un nouveau compte révolutionnaire de comment nous manions nos fonds, remplaçant les finances irréversibles avec des finances réversibles, automatique avec prépaillage, asymétrique avec symétrique et les dettes avec l’équité. Les promoteurs de Bitcoin acclament souvent ces aspects en disant qu’il faut changer notre culture économique, tandis que les négateurs déplorent la perte de la protection du consommateur que la réversibilité et les responsabilités des banques pour la fraude amènent normalement. La réversibilité est devenue un grand point de concentration dans la communauté Bitcoin, avec une large comprennance que les médias a paiement réversible comme Paypal ne peuvent simplement pas interagir avec les médias irréversibles tels que WebMoney, Liberty Reserve, plusieurs formes de monnaie virtuelle dans les jeux et Bitcoin et que, éventuellement, un des deux types de finances doit gagner. Cependant, ce que la discussion oublie souvent de dire c’est qu’en dehors de l’Amérique et l’ouest de l’Europe, le débat est inutile vu que le problème a déjà été réglé: les paiements réversibles sont quasi non-existants.

En Russie, pour exemple, en dehors de quelque quartier riche à Moscow et St Petersburg, les cartes de crédit n’ont pratiquement aucun marché, et l’économie roule sur l’argent. Si vous avez une abonnement à l’internet ou un cellulaire, il y a des kiosques dans presque tous les centres d’achat qui te permettent de déposer de l’argent pour garder ces plans mensuellement. Vous êtes payé en comptant, vous payez votre manger en comptant et vous payez vos factures en comptant. Même les biens digitaux fonctionnent comme cela – Valve, avec son plan de s’étendre en Russie, avait a configurer 45 000 kiosks à travers du pays pour permettre aux gens de déposer de l’argent dans leurs comptes Steam. Et le système fonctionne bien. Contrairement a l’économie de l’Ouest, où que pour commander un bien en ligne il faut donner accès a nos infos bancaires, protégées seulement par l’assurance qu;il y a l’option de faire une refacturation et que la banque soit ultimement responsable pour toutes les pertes causées par la fraude. Contrairement, en Russie, vous pouvez ne faire confiance aux gens qu’avec le montant qui mérite d’être mis en confiance – une valeur qui est souvent pas trop élevée.

Au Moyen-Orient, CashU est une méthode de paiement en ligne populaire pour les e-commerces et les jeux, mais encore une fois, c’est du prépayé et non réversible. En Chine, des systèmes tels que Alipay sont dominants avec leurs règles similaires : comme le créateur de Bitcoinica Zhou Tong le décrit, “la racine de toute réversibilité est le système utilisé par les Américains, basé sur les cartes de crédit tel que Visa et Mastercard. Les chinois n’utilisent pas Visa et Mastercard pour les achats domestiques, les achats en ligne nécessitent une authentification stricte, les banques ne sont généralement pas responsables pour les pertes de fonds, etc. Tout ressemble au système Bitcoin, et non-réversible.” Mais le problème persiste : comment ses systèmes contournent le problème de la protection des consommateurs? Ils utilisent exactement la même solution qui a été proposée et sporadiquement implantée par Bitcoin: le service séquestre (escrow).

Escrow fonctionne en ayant l’acheteur, au lieu d’envoyer directement l’argent au vendeur, envoyer l’argent à une agence de service séquestre. L’agent séquestre notifie le vendeur qu’il a reçu les fonds et le vendeur envoie le produit. Quand l’acheteur reçoit le produit, il le dit à l’agent, qui, à son tour, envoie l’argent au vendeur. Ceci est une bonne méthode de combattre les fraudes et est généralement adopté dans les scénarios avec peu de confiance et aucune réversibilité. Comme Zhou Tong a dit, “plus que la moitié des transactions de Alipay utilise un agent”.

L’Afrique est en pleine révolution bancaire par lui même avec le “M-banking”, envoyer et recevoir de l’argent par messages texte avec les cellulaires. Les téléphones mobiles sont surprisement accessibles même au plus pauvre des pauvres ; même en Afrique, où que la majorité de la population sont encore dans la pauvreté, il y a en moyenne un téléphone par maison. Malgré que les systèmes bancaires ont essayé de fermer les compagnies de ces services quand ils ont commencé a prendre de l’expansion, il sont maintenant en train de travailler ensemble et tout le monde y bénéficie ; avoir de l’argent digital c’est particulièrement important dans un monde où les voles sont en abondance et la protection physique est un luxe.
Tandis que dans l’économie de l’ouest c’est facile de croire que Bitcoin est une nouvelle forme fondamentale de finance du consommateur, dans le monde en développement, les finances de style Bitcoin y sont déjà présentees. Partout où que c’est implanté, son efficacité crée de plus en plus de richesse à travers le monde. Et il y a pas de différence entre acheteur ou vendeur – n’importe qui peut envoyer ou accepter de l’argent, et le potentiel d’une économie décentralisée est maximisé. Il y a en masse d’opportunité et de temps pour que Bitcoin, lui-même, soit impliqué. Changer de faire de la finance avec les shillings kényans avec M-Pesa à utiliser des Bitcoins via MtGox n’est qu’une simple changement de fournisseur, et de là, aussitôt que les smartphones deviennent plus fréquents que les téléphones moins sophistiqués le sont présentement, ça semble être une étape simple pour que les gens entreposent leurs bitcoins directement dans leurs téléphones. On prédit que dans une couple d’années il y va avoir près de 1.7 milliards de personnes avec des cellulaires et sans compte de banque, alors Bitcoin a beaucoup d’années pour prendre sa place dans le marché vu que l’internet va se rendre facilement accessible en inde, la Chine rural et l’Afrique avant les banques et les cartes de crédit. Et, démontré par l’exemple de toutes les sociétés en dehors de l’ouest, la culture nécessaire pour soutenir une économie basée sur les paiements symétriques non réversibles est déjà la.

 


Explications des différences des finances entre le style Bitcoin et le style carte de crédit

  • Symétrie – avec des systèmes tels que les cartes de crédit et Paypal, c’est beaucoup plus difficile d’avoir un compte de marchand comparé au simple compte d’acheteur, et ils ne sont pas désignées a être utilisés en dehors du contexte formel de magasins. Avec les finances Bitcoin, n’importe qui qui peut envoyer de l’argent peut en recevoir aussi facilement, diminuant les barrières facilitant l’entré des compagnies nouvelles
  • Réversibilité – les cartes de crédit et Paypal ont des mécanismes pour les clients de refacturer des frais en cas de fraude, et si le marchand veut contester la refacturation, il doit traiter ça avec la résolution de dispute formelle, ce qui effectivement bouge entièrement le problème au vendeur. Certains argumentent que c’est pire parce que les acheteurs peuvent choisir de pas acheter d’une compagnie suspecte tandis que les compagnies ne peuvent pas d’une manière pratique évaluer et chosir leurs clients. Dans le système Bitcoin, les transactions sont finales et d’autres mécanismes sont utilisés pour faire affaire avec ces scénarios.
  • Dettes vs Équité – Une carte de crédit permet d’acheter un produit maintenant et de payer plus tard, tandis que le système Bitcoin ne le permet pas et nécessite que tout le monde maintienne une balance positive. Pendant que d’autres systèmes tels que Paypal son en théorie pas basés sur les dettes, en pratique, il le sont souvent si tu reçois une refacturation après d’avoir dépensé l’argent reçu
  • Automatique vs Prépayé – dans un système financier basé sur les cartes de crédit, les services où il y a régulièrement les mêmes achats, tels que des abonnements et les jeux en ligne, gardent les numéros de carte de crédit dans des fichiers pour les prendre quand le temps vient. Dans un système Bitcoin, une approche prépayée est préférée, où vous déposez de l’argent dans votre compte et l’argent est pris directement de la. Ici, pour la protection des acheteurs, l’approche du système prépayé est supérieure vu qu’il y a une limite aux frais imprévus qu’on puisse engager

 

 
 

BTC: 1FxkfJQLJTXpW6QmxGT6oF43ZH959ns8Cq

LTC: LaBhvWiAP7msku6w8QSQ5G7omVWMF3uxJC

By

Vitalik Buterin is a co-founder of Bitcoin Magazine who has been involved in the Bitcoin community since 2011, and has contributed to Bitcoin both as a writer and the developer of a fork of bitcoinjs-lib, pybitcointools and multisig.info, as well as one of the developers behind Egora. Now, Vitalik's primary job is as the main developer of Ethereum, a project which intends to create a next-generation smart contract and decentralized application platform that allows people to create any kind of decentralized application on top of a blockchain that can be imagined.

Get Top Stories Weekly

We respect your email privacy